Adresse courriel :
Nom :
L'espoir - Laboratoire d’étude sur la schizophrénie et les psychoses orienté vers l’intervention et le rétablissement.
Le laboratoire de recherche LESPOIR du département de psychologie de l’Université de Montréal (UdeM) s’intéresse à l’amélioration des traitements psychosociaux et des pratiques auprès des personnes ayant des problèmes mentaux sévères tels que la schizophrénie.
note-pad
Recherche et recrutement

Nous sommes constamment impliqués dans des études visant à approfondir notre compréhension de la maladie mentale.

Cliquer ci-dessous pour prendre connaissance de nos études en cours, de même que celles qui sont terminées.

La participation à l'une de nos études :
Les évaluations sont réalisées dans un lieu public qui respecte la confidentialité (ex : centre d'emploi, université). On vous remet un montant d'argent pour votre participation ainsi que des billets d'autobus pour votre transport. Lorsqu'il y a des thérapies, elles ont lieu au centre d'emploi ou à l'université.

Afficher toutes les études ...

Si vous aimeriez être informé des futures études, inscrivez-vous à la boîte d'abonnement qui se trouve ci-haut.

chart
Recherche et produits
Nous offrons des produits liés à nos projets de recherche, tels que des manuels de thérapie cognitive-comportementale. Parcourez nos ressources & produits
chart
Actualités
case
Publications et évènements
Nous présentons une liste de nos plus récentes publications et événement. Parcourez nos publications et évènements

LESPOIR est affilié à :

CHUM
Douglas
HLHL
Acces Logo
L'arrimage

N’hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressés à vous joindre à notre groupe de recherche en tant qu’étudiant de premier cycle ou de cycle supérieur, ou si vous souhaitez participer à nos projets de recherche.

Dr Tania Lecomte

Dr. Lecomte a créé le laboratoire L'espoir dans le but d'offrir des outils aux gens atteints de maladies mentales ainsi que des moyens d'adaptation pouvant permettre à ces individus de maintenir un emploi et d'améliorer leurs relations interpersonnelles. Allégeant ainsi le fardeau des difficultés rencontrées à cause de la maladie mentale et permettant une plus grande liberté et une meilleure qualité de vie. Lire tout


  • Les personnes diagnostiquées avec un trouble psychotique ne sont PAS plus violentes que la population générale.

  • La schizophrénie n’est pas due à une mauvaise éducation ou à un mauvais parent.

  • Il est possible et fréquent de se rétablir d’un trouble mental grave.

  • Plusieurs personnes ayant fait des psychoses ont aujourd’hui un travail, une vie remplie, une relation stable, et ont des enfants.
Design par DMCS L'arrimage